La Cave Lu par Tolkien Glǽmscribe Mathoms Nouveautés
Quenya Sindarin Telerin Qenya Gnomique & Noldorin
Adûnaïque Westron Khuzdul Noir parler Valarin
Vieil anglais – Tolkien Vieil anglais Moyen anglais
Gotique Vieux norrois Finnois Gallois Latin
De mensibus Anglorum
Latin classique
Latin d’église
Français
Latin
Manuscrit

Antiqvi avtem Anglorvm popvli (neqve enim mihi congrvvm videtvr aliarvm gentivm annalem observantiam dicere et meae reticere) ivxta cvrsvm lunae svos menses compvtavere vnde et a luna Hebraeorvm et Graecorvm more nomen accipivnt Si qvidem apvd eos luna mona mensis monath appellatvr Primvsqve eorvm mensis qvidem Latini Ianvarivm vocant dicitvr Givli Deinde Febrvarivs Solmonath Martivs Rhedmonath Aprilis Eostvrmonath Maivs Thrimilchi Iunivs Lida Iulivs similiter Lida Avgvstvs Weodmonath September Halegmonath October Winterfylleth November Blotmonath December Givli eodem Ianvarivs nomine vocatvr
Antiquī autem Anglōrum populī (neque enim mihi congruum vidētur, aliārum gentium annālem observantiam dīcere, et meæ reticere) juxtā cursum lūnæ suōs mēnsēs computāvēre; unde et ā lūnā Hebræōrum et Græcōrum mōre nōmen accipiunt. Sī quidem apud eōs lūna mōna, mēnsis mōnath appellātur. Prīmusque eōrum mēnsis, quidem Latīnī Jānuārium vocant, dīcitur Gīuli. Deinde Februārius Solmōnath, Mārtius Rhēdmōnath, Aprīlis Ēosturmōnath, Māius Thrimilchi, Jūnius Līda, Jūlius similiter Līda, Augustus Wēodmōnath, September Hālegmōnath, Octōber Winterfylleth, November Blōtmōnath, December Gīuli, eōdem Jānuārius nōmine, vocātur.
Cependant, les anciens du peuple des Anglais (car il ne me semble pas de mise de parler de l’observance des années chez d’autres nations, et de passer celle de la mienne sous silence) ont décompté leurs mois suivant le cours de la lune ; d’où vient qu’à la manière des Hébreux et des Grecs, ils ont reçu leur nom d’après la lune. Chez les Anglais, en effet, la lune est dénommée mona et le mois monath. Et le premier de leurs mois, celui-là même que les Latins appellent janvier, est dénommé Giuli. On appelle ensuite février Solmonath, mars Rhedmonath, avril Eosturmonath, mai Thrimilchi, juin Lida, juillet également Lida, août Weodmonath, septembre Halegmonath, octobre Winterfylleth, novembre Blotmonath, décembre Giuli, le même nom que janvier.



Incipiebant avtem annvm ab octavo Calendarvm Ianvariarvm die vbi nvnc natale Domini celebramvs Et ipsam noctem nvnc nobis sacrosanctvm tvnc gentili vocabvlo Modranicht id est matrvm noctem appellabant ob cavsam vt svspicamvr ceremoniarvm qvas in ea pervigiles agebant
Incipiēbant autem annum ab octāvō Calendārum Jānuāriārum diē, ubī nunc nātāle Dominī celebrāmus. Et ipsam noctem nunc nōbīs sacrōsānctum, tunc gentīlī vocābulō Mōdranicht, id est, mātrum noctem, appellābant, ob causam, ut suspicāmur cēremōniārum quās in eā pervigilēs agēbant.
Mais ils faisaient commencer l’année au huitième jour avant les calendes de janvier, celui où nous célébrons la Nativité du Seigneur. Et cette nuit même, qui maintenant pour nous est sainte entre toutes, ils la dénommaient alors dans leur langue par le terme de Modranicht, c’est-à-dire la nuit des mères, en raison, supposons-nous, de cérémonies qu’ils accomplissaient en veillant tout au long de cette nuit.



Et qvotiescvnqve communis esset annvs ternos menses lunares singvlis anni temporibvs dabant Cvm vero embolismvs hoc est XIII mensivm lunarivm annvs occvrreret svperflvvm mensem aestati apponebant ita vt tvnc tres menses simvl Lida nomine vocarentvr et ob id annvs ille Thrilidi cognominabatvr habens IV menses aestatis ternos vt semper temporvm caeterorvm Item principaliter annvm totvm in dvo tempora hyemis videlicet et aestatis dispartiebant sex illos menses qvibvs longiores noctibvs dies svnt aestati tribvendo sex reliqvos hyemi Vnde et mensem qvo hyemalia tempora incipiebant Winterfylleth appellabant composito nomine ab hyeme et plenilunio qvia videlicet a plenilunio eivsdem mensis hyems sortiretvr initivm
Et quotiēscunque commūnis esset annus, ternōs mēnsēs lūnārēs singulīs annī temporibus dabant. Cum vērō embolismus, hoc est, XIII mēnsium lūnārium annus occurreret, superfluum mēnsem æstāti appōnēbant, ita ut tunc trēs mēnsēs simul Līda nōmine vocārentur, et ob id annus ille Thrilīdi cognōminābātur, habēns IV mēnsēs æstātis, ternōs ut semper temporum cæterōrum. Item prīncipāliter annum tōtum in duo tempora, hyemis, vidēlicet, et æstātis dispartiēbant, sex illōs mēnsēs quibus longiōrēs noctibus diēs sunt æstātī tribuendō, sex reliquōs hyemī. Unde et mēnsem quō hyemālia tempora incipiēbant Winterfylleth appellābant, compositō nōmine ab hyeme et plēnilūniō, quia vidēlicet ā plēnilūniō ejusdem mēnsis hyems sortirētur initium.
À chaque fois que l’année était commune, ils attribuaient trois mois lunaires à chacune de ses saisons. Mais quand il y avait un embolisme, c’est-à-dire une année de treize mois lunaires, ils ajoutaient le mois surnuméraire en été, de sorte qu’il y eût trois mois appelés du même nom de Lida ; de ce fait, cette année-là était surnommée Thrilidi, et elle avait quatre mois d’été, les autres saisons en comptant toujours trois. En outre, ils divisaient à l’origine l’ensemble de l’année en deux saisons, l’hiver, évidemment, et l’été, en attribuant à l’été les six mois dont les jours sont plus longs que les nuits, et à l’hiver les six mois restants. D’où vient qu’ils dénommaient Winterfylleth le mois à partir duquel commençaient les temps d’hiver, nom composé à partir de l’hiver et de la pleine lune, évidemment parce que le début de l’hiver était fixé à partir de la pleine lune de ce même mois.



Nec ab re est si et caetera mensivm eorvm qvid significent nomina interpretari curemvs Menses Givli a conversione solis in avctvm diei qvia unvs eorvm praecedit alivs svbseqvitvr nomina accipivnt Solmonath dici potest mensis placentarvm qvas in eo diis svis offerebant Rhedmonath a deo illorvm Rheda cvi in illo sacrificabant nominatvr Eostvrmonath qvi nvnc paschalis mensis interpretetvr qvondam a dea illorvm qvae Eostre vocabatvr et cvi in illo festa celebrabant nomen habvit a cvivs nomine nvnc paschale tempvs cognominant consveto antiqvae observationis vocabvlo gavdia novae solemnitatis vocantes Thrimilchi dicebatvr qvod tribvs vicibvs in eo per diem pecora mvlgebantvr Talis enim erat qvondam ubertas Britanniae vel Germaniae de qva in Britanniam natio intravit Anglorvm Lida dicitvr blandvs sive navigabilis qvod in vtroqve mense et blanda sit serenitas avrarvm et navigari soleant aeqvora Weodmonath mensis zizaniorvm qvod ea tempestate maxime abvndent Halegmonath mensis sacrorvm Winterfylleth potest dici composito novo nomine hyeme plenilunivm Blotmonath mensis immolationvm qvia in ea pecora qvae occisuri erant diis svis voverent Gratias tibi bone Iesu qvi nos ab his vanis avertens tibi sacrificia lavdis offere donasti
Nec ab rē est sī et cætera mēnsium eōrum quid significent nōmina interpretārī cūrēmus. Mēnsēs Gīuli ā conversiōne sōlis in auctum diēī, quia ūnus eōrum præcēdit, alius subsequitur, nōmina accipiunt. Solmōnath dīcī potest mēnsis placentārum, quās in eō diīs suīs offerēbant; Rhēdmōnath ā deō illōrum Rhēda, cuī in illō sacrificābant, nōminātur; Ēosturmōnath, quī nunc paschālis mēnsis interpretētur, quondam ā deā illōrum quæ Ēostre vocābātur, et cuī in illō fēsta celebrābant, nōmen habuit, ā cujus nōmine nunc paschāle tempus cognōminant; cōnsuētō antiquæ observātiōnis vocābulō gaudia novæ solemnitātis vocantēs. Thrimilchi dīcēbātur, quod tribus vicibus in eō per diem pecora mulgēbantur. Tālis enim erat quondam ūbertās Britanniæ, vel Germāniæ, dē quā in Britanniam nātiō intrāvit Anglōrum. Līda dīcitur blandus, sīve nāvigābilis, quod in utrōque mēnse et blanda sit serēnitās aurārum, et nāvigārī soleant æquora. Wēodmōnath mēnsis zīzaniōrum, quod eā tempestāte maxime abundent. Hālegmōnath mēnsis sacrōrum. Winterfylleth potest dīcī compositō novō nōmine hyeme plēnilūnium. Blōtmōnath mēnsis immolātiōnum, quia in eā pecora quæ occīsūrī erant diīs suīs vovērent. Grātiās tibi, bone Jēsū, quī nōs, ab hīs vānīs āvertēns, tibi sacrificia laudīs offere dōnāstī.
Sans sortir de notre propos, occupons-nous d’interpréter tous les autres noms de leurs mois. Les mois dits Giuli reçoivent leur nom du retour du soleil vers l’accroissement du jour, parce que l’un d’entre eux le précède et l’autre le suit. Solmonath peut se dire le mois des gâteaux, qu’ils offraient à ce moment à leur dieux ; Rhedmonath est dénommé d’après leur dieu Rheda, auquel ils sacrifiaient alors ; Eosturmonath, qu’on interprète maintenant comme le mois de Pâques, tenait jadis son nom de leur déesse appelée Eostre, en l’honneur de laquelle ils célébraient alors des fêtes, et par le nom de laquelle ils désignent maintenant le temps de Pâques, appelant les joies de la solennité nouvelle par le terme coutumier de l’observance ancienne. Thrimilchi était ainsi dit parce que l’on trayait alors les bêtes trois fois par jour. Car telle était lors la fertilité de la Bretagne, ou de la Germanie, d’où la nation des Anglais pénétra en Bretagne. Lida signifie doux, ou navigable, parce qu’en chacun de ces deux mois les calmes brises sont douces, et qu’alors ils avaient coutume de naviguer sur les mers tranquilles. Weodmonath est le mois des ivraies, parce qu’elles abondent tout particulièrement à cette époque. Halegmonath est le mois des rites sacrés. Winterfylleth peut s’exprimer par un nom composé nouveau, la pleine-lune-d’hiver. Blotmonath est le mois des immolations, parce qu’ils vouaient alors à leurs dieux les bêtes qui allaient être abattues. Grâces te soient rendues, bon Jésus, toi qui, nous détournant de ces sottises, nous a accordé de t’offrir des louanges en sacrifice.

Commentaire
De temporum ratione « Du décompte du temps » est un traité écrit en 725 par Bède le Vénérable, un moine anglais de Northumbrie qui fut le plus éminent savant de son époque. Il fut proclamé docteur de l’Église en 1899 par l’Église catholique. Son ouvrage le plus célèbre, l’Historia ecclesiastica gentis Anglorum « Histoire ecclésiastique du peuple anglais », est l’une des sources historiques les plus importantes sur les premiers siècles de l’Angleterre anglo-saxonne, et lui a valu le surnom de « père de l’histoire anglaise ».

Le noyau du De temporum ratione traite du comput, c’est à dire du calcul de la date de Pâques, mais l’ouvrage aborde également divers sujets liés tels que la mesure du temps et ses bases astronomiques, et décrit plusieurs calendriers antiques. En particulier, le chapitre 15 De mensibus Anglorum « Des mois des Anglais » dresse une liste des noms des mois en usage chez les Anglo-saxons avant leur christianisation. Ils sont la source directe des noms des mois en usage chez les Hobbits, tels que J. R. R. les présente dans l’Appendice D du Seigneur des anneaux : Afteryule, Solmath, Rethe, Astron, Thrimidge, Forelithe, Afterlithe, Wedmath, Halimath, Winterfilth, Blotmath, Foreyule. En pratique, les noms de mois hobbits ne sont que des modernisations des noms de mois en vieil anglais, simulant ce qu’aurait été leur évolution phonétique s’ils étaient restés en usage. Dans la perspective de « pseudo-traduction » par lequel Tolkien prétend traduire d’anciennes chroniques consignées dans le Livre Rouge de la Marche de l’Ouest, il recourt à cette méthode pour représenter fictivement des mots spécifiquement hobbits du parler commun (westron). Ce procédé se retrouve dans quelques autres mots « typiquement hobbits » tels que mathom, tiré du vieil anglais máðm, máðum « objet précieux, trésor ».

Nous avons ajouté au texte des macrons pour marquer les voyelles longues étymologiques.

La transcription du texte imite la capitalis rustica, un style de l’alphabet latin en usage dans la Rome impériale et l’Antiquité tardive, destiné à l’écriture au calame sur papyrus et parchemin. Nous nous sommes servis de la police Vatican Rough Letters de Hasan Guven.

Références
Tolkien, John Ronald Reuel. The Lord of the Rings. London: HarperCollins, 1999. 3 vol. ISBN 0-261-10235-1.
Tolkien, John Ronald Reuel. Le Seigneur des anneaux. Traduction de Francis Ledoux. Appendices traduits par Tina Jolas. Édition brochée complète avec Appendices et Index. Paris : Christian Bourgois, 1995. 1278 p. ISBN 2-267-01316-9.
Tolkien, John Ronald Reuel. Le Seigneur des Anneaux – III. Le Retour du Roi. Traduction de Daniel Lauzon. Paris : Christian Bourgois, 2016. 517 p. ISBN 978-2-267-03218-5.
Beda Venerabilis. De Temporum Ratione. Turnhout: Brepols, 1977. (Corpus Christianorum, Series Latina CXXIII B, Bedae Venerabilis Opera, vol. VI,2). 🌍 Chronologie und Kalender.

Les œuvres de John Ronald Reuel et Christopher Tolkien sont soumises au droit de leurs auteurs ou de leur ayants droit, dont leurs éditeurs et le Tolkien Estate.
Les citations des autres auteurs, éditeurs et traducteurs mentionnés en bibliographie sont soumises au droit de leurs auteurs respectifs ou de leurs ayants droit, hormis les cas où ces droits ont expiré.
Dernière mise à jour du site : 30 juillet 2019. Nous contacter :