La Cave Lu par Tolkien Glǽmscribe Mathoms Nouveautés
Quenya Sindarin Telerin Qenya Gnomique & Noldorin
Adûnaïque Westron Khuzdul Noir parler Valarin
Vieil anglais – Tolkien Vieil anglais Moyen anglais
Gotique Vieux norrois Finnois Gallois Latin
The Whale
Français
Vieil anglais
Manuscrit

Nú ic fitte gén ymb fisca cynn
Nú ic fitte gén ymb fisca cynn
Je voudrais à nouveau sur une sorte de poisson
wille wóðcræfte wordum cýþan
wille wóðcræfte wordum cýþan
composer un poème, en consacrant mon art
þurh módgemynd, bi þám miclan hwale.
þurh módgemynd, bi þám miclan hwale.
et mon intelligence à la grande baleine.
Sé bið unwillum oft geméted,
Sé bið unwillum oft geméted,
C’est très à contrecœur que souvent les marins
frécne and fer[h]ðgrim, fareðlácendum,
frécne and fer[h]ðgrim, fareðlácendum,
rencontrent ce féroce et glouton dévoreur
niþþa gehwylcum; þám is noma cenned,
niþþa gehwylcum; þám is noma cenned,
de chacun des humains. On connaît bien son nom :
fyr[ge]nstréama geflotan, Fastitocalon.
fyr[ge]nstréama geflotan, Fastitocalon.
flottant sur les courants, c’est Fastitocalon.



Is þæs híw gelíc hréofum stáne,
Is þæs híw gelíc hréofum stáne,
D’aspect, il est semblable à une pierre brute ;
swylce wórie bi wædes ófre,
swylce wórie bi wædes ófre,
en marge du platier, tout entouré de dunes,
sondbeorgum ymbseald, sǽrýrica mǽst,
sondbeorgum ymbseald, sǽrýrica mǽst,
pareil à un énorme amas de goémon,
swá þæt wénaþ wǽglíþende
swá þæt wénaþ wǽglíþende
il ondoie çà et là, et voyageurs des vagues
þæt hý on éalond sum éagum wlíten;
þæt hý on éalond sum éagum wlíten;
d’imaginer qu’ils portent les yeux sur une île,
and þonne gehýd[i]að héahstefn scipu
and þonne gehýd[i]að héahstefn scipu
puis de mettre à l’amarre en cette fausse terre
tó þám unlonde oncyrrápum,
tó þám unlonde oncyrrápum,
leurs nefs aux hautes proues, d’arrimer par des câbles
s[ǽ]laþ sǽméaras sundes æt ende,
s[ǽ]laþ sǽméaras sundes æt ende,
leurs coursiers d’océan à la fin de la nage.
and þonne in þæt églond úp gewítað
and þonne in þæt églond úp gewítað
Ensuite les marins à l’esprit audacieux
collenfer[h]þe; céolas stondað
collenfer[h]þe; céolas stondað
débarquent sur cette île ; les quilles des vaisseaux
bi staþe fæste stréame biwunden.
bi staþe fæste stréame biwunden.
restent sur le rivage, enveloppées du flot.
Ðonne gewíciað wérigfer[h]ðe,
Ðonne gewíciað wérigfer[h]ðe,
Puis alors les marins à l’esprit fatigué
faroðlácende, frécnes ne wénað.
faroðlácende, frécnes ne wénað.
dressent le campement, inconscients du danger,
On þám éalonde ǽled weccað,
On þám éalonde ǽled weccað,
et sur le sol de l’île élèvent un brasier,
héah fýr ǽlað. Hæleþ béoþ on wynnum,
héah fýr ǽlað. Hæleþ béoþ on wynnum,
allument un grand feu. Les héros sont en joie :
réonigmóde, ræste gel[y]ste.
réonigmóde, ræste gel[y]ste.
leur vaillance est recrue, ils souhaitent le repos.
Þonne geféleð fácnes cræftig
Þonne geféleð fácnes cræftig
Alors, quand sur son dos, l’habile en tromperie
þæt him þá férend on fæste wuniaþ,
þæt him þá férend on fæste wuniaþ,
sent que les voyageurs se sont bien installés,
wíc weardiað, wedres on luste,
wíc weardiað, wedres on luste,
ont monté le bivouac, profitent du beau temps,
ðonne semninga on sealtne wǽg
ðonne semninga on sealtne wǽg
il plonge tout soudain dans la vague salée ;
mid þá nóþe niþer gewíteþ,
mid þá nóþe niþer gewíteþ,
l’hôte de l’océan engloutit avec lui,
gársecges gæst, grund geséceð,
gársecges gæst, grund geséceð,
emmène par le fond ces téméraires,
and þonne in déaðsele drence bifæsteð
and þonne in déaðsele drence bifæsteð
relègue par noyade à la halle de mort
scipu mid scealcum.
scipu mid scealcum.
navires et servants.



     Swá bið scinn[en]a þéaw,
     Swá bið scinn[en]a þéaw,
     Telle est la façon des démons,
déofla wíse, þæt hí droht[i]ende
déofla wíse, þæt hí droht[i]ende
la manière des diables : cachant leur force,
þurh dyrne meaht duguðe beswícað,
þurh dyrne meaht duguðe beswícað,
par la conversation ils séduisent les vertueux,
and on teosu tyhtaþ tilra dǽda,
and on teosu tyhtaþ tilra dǽda,
détournent vers le mal leurs bonnes actions,
wémað on willan, þæt hý wraþe sécen,
wémað on willan, þæt hý wraþe sécen,
les poussent à chercher leur soutien et secours
frófre tó féondum, oþþæt hý fæste ðǽr
frófre tó féondum, oþþæt hý fæste ðǽr
auprès de l’ennemi, de sorte qu’à la fin
æt þám wǽrlogan wíc gecéosað.
æt þám wǽrlogan wíc gecéosað.
ils choisissent de demeurer chez le perfide.
Þonne þæt gecnáweð of cwicsúsle
Þonne þæt gecnáweð of cwicsúsle
Quand, depuis la géhenne, l’ennemi pervers et sournois
fláh féond gemáh, þætte fíra gehwylc
fláh féond gemáh, þætte fíra gehwylc
reconnaît là que chacun de ces hommes,
hæleþa cynnes on his hringe biþ
hæleþa cynnes on his hringe biþ
de ces héros, sont liés bien ferme à son anneau,
fæste geféged, hé him feorgbona,
fæste geféged, hé him feorgbona,
il s’en fait lors le meurtrier ; par des machinations cruelles
þurh slíþen searo, siþþan weorþeð,
þurh slíþen searo, siþþan weorþeð,
il enlève la vie aux glorieux et aux humbles
wloncum and héanum þe his willan hér
wloncum and héanum þe his willan hér
qui ont accompli sa volonté ici-bas
firenum fremmað; mid þám hé fǽringa,
firenum fremmað; mid þám hé fǽringa,
de par leurs crimes ; il les emmène tout à coup,
heoloþhelme biþeaht, helle séceð,
heoloþhelme biþeaht, helle séceð,
casqué d’invisibilité, et regagne l’enfer,
góda géasne, grundléasne wylm
góda géasne, grundléasne wylm
lieu privé de tout bien, bouillonnement sans fond
under mistglóme, swá se micla hwæl
under mistglóme, swá se micla hwæl
embrumé de ténèbres – tout comme la grande baleine
se þe bisenceð sǽlíþende
se þe bisenceð sǽlíþende
engouffre et noie les braves et les coursiers de l’onde
eorlas and ýðméaras.
eorlas and ýðméaras.
qui parcourent la mer.



     Hé hafað óþre gecynd,
     Hé hafað óþre gecynd,
     Autre trait singulier
wæterþisa wlonc, wrǽtlícran gíen.
wæterþisa wlonc, wrǽtlícran gíen.
du fier fendeur des eaux, plus étonnant encore :
Þonne hine on holme hunger bysgað,
Þonne hine on holme hunger bysgað,
quand la faim le tenaille au milieu de la houle,
and þone áglǽcan ǽtes lysteþ,
and þone áglǽcan ǽtes lysteþ,
que le monstre est saisi du désir d’un repas,
ðonne se mereweard múð ontýneð,
ðonne se mereweard múð ontýneð,
le gardien de la mer ouvre tout grand la bouche
wíde weleras; cymeð wynsum stenc
wíde weleras; cymeð wynsum stenc
avec ses larges lèvres ; une odeur si suave
of his innoþe, þætte óþre þurh þone,
of his innoþe, þætte óþre þurh þone,
émane de ses entrailles que les autres poissons,
sǽfisca cynn, beswicen weorðaþ.
sǽfisca cynn, beswicen weorðaþ.
de toutes sortes, en sont ensorcelés.
Swimmað sundhwate þǽr se swéta stenc
Swimmað sundhwate þǽr se swéta stenc
Ils nagent alors vivement vers la source
út gewít[e]ð. Hí þǽr in farað,
út gewít[e]ð. Hí þǽr in farað,
de cette douce odeur. Ils y pénètrent,
unware weorude, oþþæt se wída ceafl
unware weorude, oþþæt se wída ceafl
multitude insouciante, jusqu’à emplir
gefylled bið; þonne fǽringa
gefylled bið; þonne fǽringa
cette vaste gueule ; puis brusquement
ymbe þá herehúþe hlemmeð tógædre
ymbe þá herehúþe hlemmeð tógædre
sur ces proies se referment d’un coup sec
grimme góman.
grimme góman.
de terribles mâchoires.



     Swá biþ gumena gehwám
     Swá biþ gumena gehwám
     Ainsi en est-il de chacun
se þe oftost his unwærlíce,
se þe oftost his unwærlíce,
qui, sans prudence, le plus souvent,
on þás lǽnan tíd, líf biscéawað:
on þás lǽnan tíd, líf biscéawað:
en ces temps passagers considère la vie :
lǽteð hine beswícan þurh swétne stenc,
lǽteð hine beswícan þurh swétne stenc,
il se laisse séduire par une douce odeur,
léasne willan, þæt hé biþ leahtrum fáh
léasne willan, þæt hé biþ leahtrum fáh
vide de volonté, et se souille de vices
wið Wuldorcyning. Him se áwyrgda ongéan
wið Wuldorcyning. Him se áwyrgda ongéan
envers le Roi de gloire. Alors le Réprouvé
æfter hinsíþe helle ontýneð,
æfter hinsíþe helle ontýneð,
rouvre pour lui l’enfer après le grand voyage,
þám þe léaslíce líces wynne
þám þe léaslíce líces wynne
comme aux malavisés qui auront préféré
ofer ferh[ð]gereaht fremedon on unrǽd.
ofer ferh[ð]gereaht fremedon on unrǽd.
à leur sens et raison les vains plaisirs du corps.
Þonne se fǽcna in þám fæstenne
Þonne se fǽcna in þám fæstenne
Quand le maître trompeur ingénieux en tourments
gebróht hafað, bealwes cræftig,
gebróht hafað, bealwes cræftig,
a pris et entraîné dans cette forteresse
æt þám [á]dwylme, þá þe him on cleofiað,
æt þám [á]dwylme, þá þe him on cleofiað,
les égarés qui se sont attachés à lui,
gyltum gehrodene, and ǽr georne his
gyltum gehrodene, and ǽr georne his
se sont chargés de fautes, et ont complaisamment
in hira lífdagum lárum hýrdon,
in hira lífdagum lárum hýrdon,
écouté ses leçons tous les jours de leur vie,
þonne he þá grimman góman bihlemmeð,
þonne he þá grimman góman bihlemmeð,
il referme sur eux ses terribles mâchoires
æfter feorhcwale, fæste tógædre,
æfter feorhcwale, fæste tógædre,
juste après leur trépas, et tient bien closes
helle hlinduru. Nágon hwyrft né swice,
helle hlinduru. Nágon hwyrft né swice,
les portes de l’enfer. De ceux qui sont entrés,
útsíþ ǽfre, þá [þe] þǽr in cumað,
útsíþ ǽfre, þá [þe] þǽr in cumað,
nul n’est jamais sorti, revenu, réchappé,
þon má þe þá fiscas, faraðlácende,
þon má þe þá fiscas, faraðlácende,
pas plus que les poissons s’ébattant dans les flots
of þæs hwæles fenge hweorfan mótan.
of þæs hwæles fenge hweorfan mótan.
ne peuvent revenir de l’emprise de la baleine.



Forþon is eallinga . . . . . . . . . . .
Forþon is eallinga . . . . . . . . . . .
C’est pourquoi, tout compté, . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
dryhtna Dryhtne, and á déoflum wiðsace
dryhtna Dryhtne, and á déoflum wiðsace
le Seigneur des seigneurs, renoncer à jamais aux diables
wordum and weorcum, þæt wé Wuldorcyning
wordum and weorcum, þæt wé Wuldorcyning
par les mots et les actes, pour qu’il nous soit permis
geséon móton. Uton á sibbe tó him,
geséon móton. Uton á sibbe tó him,
de voir le Roi de gloire. Cherchons auprès de Lui
on þás hwílnan tíd, hǽlu sécan,
on þás hwílnan tíd, hǽlu sécan,
en ces temps éphémères la paix et le salut
þæt wé mid swá léofne in lofe mótan
þæt wé mid swá léofne in lofe mótan
dans la vie éternelle avec le tant-aimé,
tó wídan feore wuldres néotan.
tó wídan feore wuldres néotan.
dans sa louange et la joie de sa gloire.

Commentaire
The Whale « La Baleine » est l’un de trois poèmes du livre d’Exeter, un important recueil de poésie anglo-saxonne daté du Xe siècle, dont les sujets sont tirés du Physiologus. Le Physiologus (du grec ancien Ὁ Φυσιολόγος « Le Naturaliste ») est un traité antique d’histoire naturelle écrit en grec à Alexandrie par un auteur chrétien inconnu, dans lequel il décrit en bref diverses créatures réelles ou imaginaires ainsi que leur comportement particulier, puis élabore pour chacune d’entre elles une allégorie morale. C’est un prédécesseur et une des sources principales des bestiaires médiévaux. Sa date est difficile à établir : maints savants y voient un ouvrage du IIe siècle après J.-C., mais d’autres évoquent une date plus tardive au IIIe ou au IVe siècle. Le Physiologus connut un succès considérable et fut traduit dès l’Antiquité en arménien ancien, en syriaque, en guèze (la langue classique de l’Éthiopie) et en latin. Son influence perdura tout au long du Moyen-Âge (notamment dans la symbolique) avec de nouvelles traductions en arabe, en géorgien et dans un grand nombre de langues d’Europe (souvent à partir de la version latine). Les trois poèmes du livre d’Exeter sont très vraisemblablement les fragments subsistants d’une version en vieil anglais.

La baleine que ce poème met en relation allégorique avec le Diable est en fait un monstre marin fabuleux connu sous le nom grec d’Aspidochélone (ἀσπιδοχελώνη), un mot composé signifiant littéralement « tortue aspic » ou « tortue à bouclier », avec une ambiguïté due au double sens du mot ἀσπίς qui en est le premier élément. Fastitocalon en est sans doute une déformation agrémentée d’un F initial fantaisiste, dont la principale utilité semble être de fournir au poète l’allitération correcte requise par le mètre du vieil anglais à l’endroit où le nom apparaît. Ce poète est inconnu, bien que le nom de Cynewulf ait parfois été suggéré par le passé sur la foi de considérations de style.

J. R. R. Tolkien en a tiré l’inspiration de son propre poème Fastitocalon paru parmi Les Aventures de Tom Bombadil. L’imagerie est la même, mais comme le poème est censé faire partie de la tradition hobbite, l’allégorie chrétienne est naturellement absente et le ton est considérablement plus léger.

Nous avons employé l’édition d’Albert S. Cook, en remplaçant par des accents aigus les macrons marquant les voyelles et diphtongues longues. Une suite de points indique une lacune dans le texte d’origine. La traduction, inédite, est de Bertrand Bellet.

La transcription du texte imite l’écriture insulaire, un style de l’alphabet latin d’origine irlandaise, employé dans la plupart des manuscrits en vieil anglais. Nous nous sommes servis de la police Beowulf1 de Peter S. Baker.

Références
The Old English Physiologus. Text and prose translation by Albert Stanburrough Cook, verse translation by James Hall Pitman. New Haven (Connecticut): Yale University Press, London: Humphrey Milford Oxford University Press, 1921. (Yale Studies in English; 63). 🌍 Project Gutenberg.

Les œuvres de John Ronald Reuel et Christopher Tolkien sont soumises au droit de leurs auteurs ou de leur ayants droit, dont leurs éditeurs et le Tolkien Estate.
Les citations des autres auteurs, éditeurs et traducteurs mentionnés en bibliographie sont soumises au droit de leurs auteurs respectifs ou de leurs ayants droit, hormis les cas où ces droits ont expiré.
Dernière mise à jour du site : 30 juillet 2019. Nous contacter :