La Cave Lu par Tolkien Glǽmscribe Mathoms Nouveautés
Quenya Sindarin Telerin Qenya Gnomique & Noldorin
Adûnaïque Westron Khuzdul Noir parler Valarin
Vieil anglais – Tolkien Vieil anglais Moyen anglais
Gotique Vieux norrois Finnois Gallois Latin
Orphée et Eurydice
Latin classique
Latin d’église
Français
Latin
Manuscrit

Non te nullivs exercent numinis irae
Nōn tē nūllīus exercent nūminis īræ;
Tu n’es pas sans subir la colère d’un dieu ;
magna lvis commissa tibi has miserabilis Orphevs
magna luis commissa: tibi hās miserābilis Orpheus
tu expies un grand forfait ; c’est Orphée, dans son malheur
havdqvaqvam ob meritvm poenas ni fata resistant
haudquāquam ob meritum pœnās, nī fāta resistant,
immérité, qui appelle sur toi ce châtiment – si ne s‘y opposaient les destins –
svscitat et rapta graviter pro conivge saevit
suscitat et raptā graviter prō conjuge sævit.
et sévit lourdement pour son épouse ravie.
Illa qvidem dvm te fvgeret per flumina praeceps
Illa quidem, dum tē fugeret per flūmina præceps,
En se précipitant près du fleuve pour te fuir, la jeune femme
immanem ante pedes hydrvm moritura pvella
immānem ante pedēs hydrum moritūra puella
ne vit pas devant ele, dans l‘herbe haute, un énorme serpent
servantem ripas alta non vidit in herba
servantem rīpās altā nōn vīdit in herbā.
qui logeait sur la rive ; elle allait en mourir.
At chorvs aeqvalis Dryadvm clamore svpremos
At chorus æquālis Dryadum clāmōre suprēmōs
Alors les Dryades, ses compagne du même âge, en chœur de leur clameur emplirent
implervnt montes flervnt Rhodopeiae arces
implērunt montēs; flērunt Rhodopēiæ arcēs
les sommets des montagnes ; les cimes du Rhodope pleurèrent,
altaqve Pangaea et Rhesi mavortia tellvs
altaque Pangæa et Rhēsī māvortia tellus
les hauteurs du Pangée et la terre de Rhésus, terre de Mars,
atqve Getae atqve Hebrvs et Actias Orithyia
atque Getæ atque Hebrus et Actias Ōrīthyia.
et les Gètes et l’Hèbre et Orithye l’Attique.
Ipse cava solans aegrvm testudine amorem
Ipse cavā sōlāns ægrum testūdine amōrem
Et lui, pour apaiser sur la lyre sonore son douloureux amour,
te dvlcis conivnx te solo in litore secvm
tē, dulcis conjunx, tē sōlō in lītore sēcum,
il te chantait, douce épouse, seul sur le rivage désolé,
te veniente die te decedente canebat
tē veniente diē, tē dēcēdente canēbat.
il te chantait quand venait le jour, il te chantait quand le jour mourait.



Taenarias etiam favces alta ostia Ditis
Tænariās etiam faucēs, alta ōstia Dītis,
Et même aux gorges du Ténare, profonds porches de Pluton,
et caligantem nigra formidine lucvm
et cālīgantem nigrā formīdine lūcum
dans le bois enténébré de noire épouvante,
ingressvs manesqve adiit regemqve tremendvm
ingressus mānēsque adiit rēgemque tremendum
il pénétra ; il aborda les Mânes et leur roi terrifiant,
nesciaqve humanis precibvs mansvescere corda
nesciaque hūmānīs precibus mānsuēscere corda.
cœurs incapables de s’attendrir aux prières humaines.
At cantu commotae Erebi de sedibvs imis
At cantū commōtæ Erebī dē sēdibus īmīs
Or du tréfonds de l’Érèbe, ébranlés par son chant,
vmbrae ibant tenves simvlacraqve luce carentvm
umbræ ībant tenuēs simulācraque lūce carentum,
venaient les ombres ténues, les fantômes des êtres sans lumière,
qvam mvlta in foliis avivm se milia condvnt
quam multa in foliīs avium sē mīlia condunt
aussi nombreux que les oiseaux par milliers s’abritent dans les arbres
vesper vbi avt hibernvs agit de montibvs imber
vesper ubī aut hībernus agit dē montibus imber,
quand Vesper les ramène des monts ou la tempête en hiver,
matres atqve viri defvnctaqve corpora vita
mātrēs atque virī dēfunctaque corpora vītā
des mères, des époux, les corps privés de vie
magnanimvm herovm pveri innvptaeqve pvellae
magnanimum hērōum, puerī innuptæque puellæ,
des héros magnanimes, des enfants et des vierges sans époux,
impositiqve rogis ivvenes ante ora parentvm
impositīque rogīs juvenēs ante ōra parentum,
des jeunes gens placés sur le bûcher sous les yeux de leurs parents ;
qvos circvm limvs niger et deformis harvndo
quōs circum līmus niger et dēfōrmis harundō
la fange noirâtre et les hideux roseaux
Cocyti tardaqve palus inamabilis vnda
Cōcȳtī tardaque palūs inamābilis unda
du Cocyte et le détestable marais aux eaux croupissantes
alligat et noviens Styx interfusa coercet
alligat et noviēns Styx interfūsa coercet.
les entourent et neuf fois de ses boucles les enserre le Styx.
Qvin ipsae stvpvere domus atqve intima Leti
Quīn ipsæ stupuēre domūs atque intima Lētī
Bien plus, furent frappés de stupeur les demeures du Trépas,
tartara caervleosqve implexae crinibvs angves
tartara cæruleōsque implexæ crīnibus anguēs
les intimes profondeurs du Tartare, les Euménides aux cheveux entrelacés
Evmenides tenvitqve inhians tria Cerbervs ora
Eumenidēs, tenuitque inhiāns tria Cerberus ōra
de serpents violets, et Cerbère garda sa triple gueule bée.
atqve Ixionii vento rota constitit orbis
atque Ixīoniī ventō rota cōnstitit orbis.
Le vent tomba, la roue d’Ixion s’arrêta de tourner.



Iamqve pedem referens casus evaserat omnes
Jamque pedem referēns cāsūs ēvāserat omnēs;
Et déjà il avait éludé tous les pièges du retour,
redditaqve Evrydice svperas veniebat ad avras
redditaque Eurydicē superās veniēbat ad aurās,
Eurydice rendue parvenait aux souffles d’en haut
pone seqvens namqve hanc dederat Proserpina legem
pōne sequēns, namque hanc dederat Prōserpina lēgem,
en le suivant (car Proserpine avait imposé cette loi)
cvm svbita incavtvm dementia cepit amantem
cum subita incautum dēmentia cēpit amantem,
quand une folie soudaine s’empara de l’amant imprudent,
ignoscenda qvidem scirent si ignoscere manes
īgnōscenda quidem, scīrent sī īgnōscere mānēs.
pourtant bien pardonnable, si les Mânes savaient pardonner ;
Restitit Evrydicenqve svam iam luce svb ipsa
Restitit Eurydicēnque suam jam lūce sub ipsā
il s’arrêta et comme son Eurydice était déjà sous la lumière
immemor hev victvsqve animi respexit Ibi omnis
immemor heu! victusque animī respexit. Ibi omnis
oubliant tout, hélas, et le cœur vaincu, se retourna pour la voir. Alors
effusvs labor atqve immitis rvpta tyranni
effūsus labor atque immītis rupta tyrannī
tous ses efforts furent anéantis, et le pacte conclu avec le tyran sans douceur
foedera terqve fragor stagnis avditvs Avernis
fœdera, terque fragor stagnīs audītus Avernīs.
rompu, et un triple fracas retentit sur l’Averne.
Illa  “Qvis et me inqvit miseram et te perdidit Orphev
Illa : “Quis et mē, inquit, miseram et tē perdidit, Orpheu,
Mais elle : « Malheureuse, qui m’a perdue, qui t’a perdu, Orphée ?
qvis tantvs fvror En itervm crudelia retro
quis tantus furor? Ēn iterum crūdēlia retrō
Quel est ce profond égarement ? Voici que les destins cruels me rappellent
Fata vocant conditqve natantia lumina somnvs
Fāta vocant, conditque natantia lūmina somnus.
en arrière, le sommeil de la mort ferme mes yeux flottants.
Iamqve vale feror ingenti circvmdata nocte
Jamque valē: feror ingentī circumdata nocte
Adieu ! Une immense nuit m’enveloppe et m’emporte
invalidasqve tibi tendens hev non tva palmas”
invalidāsque tibī tendēns, heu nōn tua, palmās!”
et je tends vers toi, moi qui ne suis plus tienne, hélas ! les palmes impuissantes de mes mains. »
dixit et ex ocvlis svbito cev fumvs in avras
dīxit et ex oculīs subitō, ceu fūmus in aurās
Elle dit et soudain, de ses yeux, comme une vapeur à l’air
commixtvs tenves fugit diversa neqve illvm
commixtus tenuēs, fūgit dīversa, neque illum,
se mêle, subtile, s’enfuit à l’opposé ; et lui
prensantem neqviqvam vmbras et mvlta volentem
prēnsantem nēquīquam umbrās et multa volentem
qui étreignait en vain les ombres et voulait tant lui dire
dicere praeterea vidit nec portitor Orci
dīcere, prætereā vīdit, nec portitor Orcī
plus jamais elle ne le revit ; et le portier d’Orcus
amplivs obiectam passvs transire paludem
amplius objectam passus trānsīre palūdem.
plus jamais ne permit qu’il franchît l’obstacle du marais.
Qvid faceret Qvo se rapta bis conivge ferret
Quid faceret? Quō sē raptā bis conjuge ferret?
Que faire ? Où pouvait-il aller, son épouse deux fois ravie ?
Qvo fletu Manis qvae numina voce moveret
Quō flētū Mānīs, quæ nūmina vōce movēret?
De quel pleur émouvoir les Mânes, quels dieux toucher en chantant ?
Illa qvidem Stygia nabat iam frigida cvmba
Illa quidem Stygiā nābat jam frīgida cumbā.
Sur la barque stygienne elle voguait déjà transie.



Septem illvm totos perhibent ex ordine menses
Septem illum tōtōs perhibent ex ōrdine mēnsēs
Pendant sept mois, dit-on, sept mois entiers,
rupe svb aeria deserti ad Strymonis vndam
rūpe sub āeriā dēsertī ad Strȳmonis undam
sous un rocher aérien, près de l’onde du Strymon désolé,
flesse sibi et gelidis haec evolvisse svb antris
flēsse sibi et gelidīs hæc ēvolvisse sub antrīs
il leura, déroulant son sort sous les antres glacés,
mvlcentem tigres et agentem carmine qvercus
mulcentem tigrēs et agentem carmine quercūs;
charmant les tigres, entraînant les chênes par son chant.
qvalis popvlea maerens philomela svb vmbra
quālis pōpuleā mærēns philomēla sub umbrā
Ainsi, dans l’ombre des peupliers, Philomèle [=le rossignol] affligée
amissos qveritvr fetus qvos durvs arator
āmissōs queritur fētūs, quōs dūrus arātor
gémit sur les petits qu’elle a perdus ; le laboureur cruel
observans nido implumes detraxit at illa
observāns nīdō implūmēs dētraxit; at illa
les a guettés au nid et ravis alors qu’il n’avaient pas encore de plumes ; tout au long de la nuit
flet noctem ramoqve sedens miserabile carmen
flet noctem rāmōque sedēns miserābile carmen
elle pleure et perchée sur une branche elle module son chanta
integrat et maestis late loca qvestibvs implet
integrat et mæstīs lātē loca questibus implet.
pathétique, emplissant l’espace au loin de ses plaintes si tristes.
Nulla Venvs non ulli animvm flexere hymenaei
Nūlla Venus, nōn ūllī animum flexēre hymenæī.
Aucun amour, aucun hymen ne purent toucher son cœur.
Solvs Hyperboreas glacies Tanaimqve nivalem
Sōlus Hyperboreās glaciēs Tanaimque nivālem
Seul il parcourait les glaces hyperboréennes, les neiges du Tanaïs,
arvaqve Riphaeis nvmqvam vidvata prvinis
arvaque Rīphæīs numquam viduāta pruīnīs
et les champs, jamais à l’abri des frimas du Riphée
lustrabat raptam Evrydicen atqve inrita Ditis
lūstrābat raptam Eurydicēn atque inrita Dītis
en lamentant son Eurydice ravie et les vains dons de Dis.
dona qverens spretae Ciconvm qvo munere matres
dōna querēns; sprētæ Ciconum quō mūnere mātrēs
Humiliées par cet hommage, les femmes des Cicones,
inter sacra devm noctvrniqve orgia Bacchi
inter sacra deum nocturnīque orgia Bacchī
une nuit, au cours d’orgies sacrées en l’honneur de Bacchus
discerptvm latos ivvenem sparsere per agros
discerptum lātōs juvenem sparsēre per agrōs.
lacérèrent le jeune homme et dispersèrent ses membres au loin dans les champs.
Tvm qvoqve marmorea capvt a cervice revvlsvm
Tum quoque marmoreā caput ā cervīce revulsum
Alors même que sa tête arrachée à sa nuque de marbre,
gvrgite cvm medio portans OEagrivs Hebrvs
gurgite cum mediō portāns Œagrius Hebrus
emportée dans le courant de l’Hèbre Œagrien, tournoyait
volveret “Evrydicen” vox ipsa et frigida lingva
volveret, “Eurydicēn” vōx ipsa et frīgida lingua
au milieu des flots, d’elle-même la voix, la langue déjà froide appelait « Eurydice » ;
“Ah miseram Evrydicen” anima fvgiente vocabat
“Āh miseram Eurydicēn!” animā fugiente vocābat:
« Ah ! malheureuse Eurydice », et son âme fuyait dans cet appel
“Evrydicen” toto referebant flumine ripae
“Eurydicēn” tōtō referēbant flūmine rīpæ.
et tout le long du fleuve le rivage en écho répétait « Eurydice ».

Commentaire
Le mythe grec du musicien Orphée allant rechercher aux Enfers sa femme Eurydice morte d’une morsure de serpent, fléchissant les divinités infernales par le charme de sa musique, mais échouant finalement par l’impatience de son amour, est présent dans la littérature européenne depuis l’Antiquité. J. R. R. Tolkien a lui-même étudié Sir Orfeo, une réécriture en moyen anglais sous forme de lai breton (dont un extrait figure sur ce site), et l’a traduit en vers en anglais moderne. Ce mythe lui a très évidemment inspiré la fin du conte de Beren et Lúthien, dans lequel il inversa toutefois les rôles des époux.

Nous présentons ici la reprise latine qu’en fit le poète Virgile (70 - 19 av. J.-C.) à la fin du quatrième livre de ses Géorgiques.

Nous avons ajouté au texte des macrons pour marquer les voyelles longues étymologiques.

La transcription du texte imite la capitalis rustica, un style de l’alphabet latin en usage dans la Rome impériale et l’Antiquité tardive, destiné à l’écriture au calame sur papyrus et parchemin. Nous nous sommes servis de la police Vatican Rough Letters de Hasan Guven.

Références
Publius Vergilius Maro. P. Vergili Maronis opera. Georgicon libri IV. Recognovit brevique adnotatione critica instruxit Roger Aubrey Baskerville Mynors. Oxonii: E typographeo clarendoniano, 1969. XV-452 p. (Scriptorum classicorum bibliotheca Oxoniensis). 🌍 Bibliotheca Augustana.
Virgile. Géorgiques. Présentation d’Alain Michel ; traduction et notes d’Alain Michel, Jeanne Dion et Philippe Heuzé. Paris : Imprimerie nationale, 1997. 384 p. (La Salamandre). ISBN 2-7433-0071-X.

Les œuvres de John Ronald Reuel et Christopher Tolkien sont soumises au droit de leurs auteurs ou de leur ayants droit, dont leurs éditeurs et le Tolkien Estate.
Les citations des autres auteurs, éditeurs et traducteurs mentionnés en bibliographie sont soumises au droit de leurs auteurs respectifs ou de leurs ayants droit, hormis les cas où ces droits ont expiré.
Dernière mise à jour du site : 30 juillet 2019. Nous contacter :