La Cave Lu par Tolkien Glǽmscribe Mathoms Nouveautés
Quenya Sindarin Telerin Qenya Gnomique & Noldorin
Adûnaïque Westron Khuzdul Noir parler Valarin
Vieil anglais – Tolkien Vieil anglais Moyen anglais
Gotique Vieux norrois Finnois Gallois Latin
Navigatio Sancti Brendani abbatis (Ch. 9 à 11)
Latin classique
Latin d’église
Français
Latin
Manuscrit

Capitvlvm IX
Capitulum IX
Chapitre IX



Qvadam die vidervnt insvlam non longe ab illis Cvmqve coepissent navigare ad illam svbvenit illis prosper ventvs in adiutorivm vt non laborassent plus qvam vires poterant svstinere Cvm vero navis stetisset in portvm praecepit vir Dei omnes exire foras Ipse avtem egressvs est post illos Cvmqve coepissent circvire illam insvlam vidervnt aqvas largissimis manare ex diversis fontibvs plenas piscibvs Dixitqve Sanctvs Brendanvs fratribvs svis “Faciamvs hic opvs divinvm Sacrificemvs Deo immacvlatam hostiam qvia hodie est Cena Domini” Et ibi manservnt vsqve in sabbatvm sanctvm Paschae Perambvlantes avtem illam insvlam invenervnt diversas tvrmas ovivm univs coloris id est albi ita vt non possent vltra videre terram prae mvltitudine ovivm Convocatisqve fratribvs svis Sanctvs Brendanvs dixit illis “Accipite qvae necessaria ad diem festvm de grege” Fratres vero secvndvm mandatvm viri Dei festinabant ad gregem Qvi statim accepervnt de grege unam ovem Et cvm illam alligassent per cornva seqvebatvr illa qvasi domestica illvm qvi tenebat ligaturam in manu sva vsqve ad locvm vbi stetit vir Dei Itervm ait vir Dei uni ex fratribvs “Accipite agnvm immacvlatvm de grege” Qvi festinavit et fecit sicvt sibi inivnctvm fverat Cvm illi parassent omnia ad opvs crastinae diei ecce apparvit illis vir habens in manu sportam plenam panibvs svbcinericiis et cetera qvae necessaria erant Cvm haec posvisset ante virvm Dei cecidit pronvs svper faciem svam tribvs vicibvs ad pedes sanctis patris dicens “Vnde mihi merito margarita Dei vt pascharis in istis sanctis diebvs de labore manvvm mearvm” Sanctvs Brendanvs elevato eo de terra et dato oscvlo dixit “Fili Dominvs noster Iesus Christvs proponit nobis locvm vbi celebrare possimvs sanctam svam resvrrectionem” Cvi ait praedictvs vir “Pater hic celebrabitis istvd sabbatvm sanctvm Vigilias vero et missas cras in illa insvla qvam vos videtis proposvit Devs celebrare svae resvrrectionis” Dvm haec dixisset coepit obseqvivm famvlorvm Dei et omnia qvae necessaria erant in crastinvm praeparare Finitis omnibvs et illatis in navim dixit ad Sanctvm Brendanvm “Vestra navicvla non potest amplivs portare Ego vobis transmittam qvae vobis necessaria svnt de cibo et de potu vsqve in pentecostem” Sanctvs Brendanvs dixit “Vnde tu nosti vbi erimvs post octo dies” Cvi ait “Hac nocte eritis in illa insvla qvam vos videtis prope et cras vsqve in sextam Postea navigabitis ad aliam insvlam qvae est non longe ab ista insvla contra occidentalem plagam qvae vocatvr paradisvs avivm Ibiqve manebitis vsqve in octavas Pentecostes” Interrogabat qvoqve Sanctvs Brendanvs illvm qvomodo potvissent oves esse tam magnae sicvt ibi visae svnt Erant enim maiores qvam boves Cvi ille dixit “Nemo colligit lac de ovibvs in hac insvla nec hiems distringit illas sed in pascvis semper commorantvr die noctuqve Ideoqve maiores svnt hic qvam in vestris regionibvs”
Quādam diē vīdērunt īnsulam nōn longē ab illīs. Cumque cœpissent nāvigāre ad illam subvēnit illīs prosper ventus in adjūtōrium ut nōn labōrāssent plūs quam vīres poterant sustinēre. Cum vērō nāvis stetisset in portum præcēpit vir Deī omnēs exīre forās. Ipse autem ēgressus est post illōs. Cumque cœpissent circuīre illam īnsulam vīdērunt aquās largissimīs mānāre ex dīversīs fontibus plēnās piscibus. Dīxitque Sānctus Brendānus frātribus suīs: “Faciāmus hīc opus dīvīnum. Sacrificēmus Deō immaculātam hostiam quia hodiē est Cēna Dominī”. Et ibī mānsērunt usque in sabbatum sānctum Paschæ. Perambulantēs autem illam īnsulam invēnērunt dīversās turmās ovium ūnīus colōris id est albī ita ut nōn possent ultrā vidēre terram præ multitūdine ovium. Convocātīsque frātribus suīs Sānctus Brendānus dīxit illīs: “Accipite quæ necessāria ad diem fēstum dē grege”. Frātrēs vērō secundum mandātum virī Deī festīnābant ad gregem. Quī statim accēpērunt dē grege ūnam ovem. Et cum illam alligāssent per cornua sequēbātur illa quasi domestica illum quī tenēbat ligātūram in manū suā usque ad locum ubī stetit vir Deī. Iterum ait vir Deī ūnī ex frātribus: “Accipite agnum immaculātum dē grege”. Quī festīnāvit et fēcit sīcut sibi injunctum fuērat. Cum illī parāssent omnia ad opus crāstinæ diēī ecce appāruit illīs vir habēns in manū sportam plēnam pānibus subcinericiīs et cētera quæ necessāria erant. Cum hæc posuisset ante virum Deī cecidit prōnus super faciem suam tribus vicibus ad pedēs sānctis patris dīcēns: “Unde mihi meritō margarīta Deī ut paschāris in istīs sānctīs diēbus dē labōre manuum meārum?” Sānctus Brendānus ēlevātō eō dē terrā et datō ōsculō dīxit: “Fīlī Dominus noster Jēsūs Chrīstus prōpōnit nōbīs locum ubī celebrāre possīmus sānctam suam resurrectiōnem”. Cuī ait prædictus vir: “Pater hīc celebrābitis istud sabbatum sānctum. Vigiliās vērō et missās crās in illā īnsulā quam vōs vidētis prōposuit Deus celebrāre suæ resurrectiōnis”. Dum hæc dīxisset cœpit obsequium famulōrum Deī et omnia quæ necessāria erant in crāstinum præparāre. Fīnītīs omnibus et illātīs in nāvim dīxit ad Sānctum Brendānum: “Vestra nāvicula nōn potest amplius portāre. Egō vōbīs trānsmittam quæ vōbīs necessaria sunt dē cibō et dē potū usque in pentēcostēm”. Sānctus Brendānus dīxit: “Unde tū nōstī ubī erimus post octō diēs?” Cuī ait: “Hāc nocte eritis in illā īnsulā quam vōs vidētis prope et crās usque in sextam. Posteā nāvigābitis ad aliam īnsulam quæ est nōn longē ab istā īnsulā contrā occidentālem plagam quæ vocātur paradīsus avium. Ibīque manēbitis usque in octāvās Pentēcostēs”. Interrogābat quoque Sānctus Brendānus illum quōmodo potuissent ovēs esse tam magnæ sīcut ibī vīsæ sunt. Erant enim majōrēs quam bovēs. Cuī ille dīxit: “Nēmō colligit lac dē ovibus in hāc īnsulā nec hiems distringit illās sed in pāscuīs semper commorantur diē noctūque. Ideōque majōrēs sunt hīc quam in vestrīs regiōnibus”.
Un jour, ils virent une île non loin d’eux. Tandis qu’ils s’étaient mis à naviguer en sa direction, un vent favorable se leva pour les aider, afin qu’ils n’eussent point à peiner plus que leurs forces ne le pouvaient soutenir. Quand le bateau fut bien arrivé au port, l’homme de Dieu leur commanda à tous d’en débarquer ; lui cependant sortit après eux. Puis, comme ils avaient entrepris de faire le tour de cette île, ils virent s’écouler des cours d’eaux pleins de poissons depuis maintes sources abondantes. Et Saint Brendan dit à ses frères : « Accomplissons ici l’office divin. Sacrifions à Dieu l’hostie immaculée, car c’est aujourd’hui la Cène du Seigneur. » Et ils y demeurèrent jusqu’au Samedi saint de Pâques. Tout en parcourant cette île, ils découvrirent de nombreuses compagnies de moutons, tous uniment de couleur blanche, tant et si bien qu’ils ne pouvaient plus distinguer la terre du fait de la multitude des moutons. Saint Brendan convoqua ses frères et leur dit : « Prenez du troupeau ce qu’il faut pour un jour de fête. » Alors les frères, suivant la prescription de l’homme de Dieu, se hâtèrent vers le troupeau et y prirent sitôt un mouton. Et comme ils l’avaient lié par les cornes, il suivit presque familièrement celui qui tenait la bride à la main, jusqu’à l’endroit où se tenait l’homme de Dieu. À nouveau, l’homme de Dieu dit à un des frères : « Prenez du troupeau un agneau immaculé. » Ce dernier se hâta de faire comme il lui avait été enjoint. Comme ils avaient tout préparé pour l’ouvrage du lendemain, voici que leur apparut un homme ayant à la main une corbeille pleine de pains cuits sous la cendre et tout le reste qu’il fallait. Il la posa devant l’homme de Dieu et se jeta trois fois face contre terre aux pieds du saint père en disant : « Comment ai-je mérité, perle de Dieu, qu’en ces jours saints tu célèbres Pâques grâce au travail de mes mains ? » Saint Brendan le releva de terre et lui donna un baiser, puis lui dit : « Mon fils, notre Seigneur Jésus Christ nous offre un lieu où célébrer sa sainte résurrection. » L’homme que nous avons dit lui répondit : « Mon père, vous célébrerez ici ce Samedi saint. En vérité, Dieu vous a offert de célébrer les vigiles et demain les messes de sa résurrection en cette île que vous voyez. » Sur ces paroles, il se mit à préparer l’observance des serviteurs de Dieu et tout ce qu’il fallait pour le lendemain. Après avoir terminé et apporté le tout dans le bateau, il dit à Saint Brendan : « Votre embarcation ne peut transporter plus. Je vous remettrai ce qu’il vous faudra de nourriture et de boisson jusqu’à la Pentecôte. » Saint Brendan dit : « D’où vient que tu saches où nous serons après huit jours ? » L’autre lui répondit : « Cette nuit, vous serez dans cette île que vous voyez tout près, ainsi que demain jusqu’à l’heure de sexte. Ensuite, vous naviguerez en direction de l’ouest vers une autre île qui n’est pas loin de celle-ci, et que l’on appelle le paradis des oiseaux. Vous y resterez jusqu’à l’octave de la Pentecôte. » Saint Brendan lui demanda aussi comment les moutons pouvaient être aussi grands qu’ils les avaient vus. En effet, ils étaient plus grands que des bœufs. L’autre lui dit : « Personne ne tire de lait des brebis sur cette île, et l’hiver ne les éprouve pas ; mais toujours elles demeurent au pâturage jour et nuit. De là vient qu’elles sont plus grandes ici que chez vous. »



Capitvlvm X
Capitulum X
Chapitre X



Profectiqve svnt ad navim et coepervnt navigare data benedictione vicissim Cvm avtem venissent ad aliam insvlam coepit illa navis stare anteqvam portvm illivs potvissent tenere Sanctvs Brendanvs praecepit fratribvs exire de navi et ita fecervnt Tenebantqve navim ex vtraqve parte cvm funibvs vsqve dvm ad portvm venit Erat avtem illa insvla petrosa sine vlla herba Silva rara erat ibi et in litore illivs nihil de arena fvit Porro pernoctantibvs in orationibvs et in vigiliis fratribvs foras de navi vir Dei sedebat intvs
Prōfectīque sunt ad nāvim et cœpērunt nāvigāre datā benedictiōne vicissim . Cum autem vēnissent ad aliam īnsulam, cœpit illa nāvis stāre antequam portum illīus potuissent tenēre. Sānctus Brendānus præcēpit frātribus exīre dē nāvī et ita fēcērunt. Tenēbantque nāvim ex utraque parte cum fūnibus usque dum ad portum vēnit. Erat autem illa īnsula petrōsa sine ullā herbā. Silva rāra erat ibī et in lītōre illīus nihil dē arēnā fuit. Porrō pernoctantibus in ōrātiōnibus et in vigiliīs frātribus forās dē nāvī vir Deī sedēbat intus.
Ils retournèrent à leur bateau et, après avoir donné leur bénédiction en retour, mirent à la voile. Mais quand ils furent parvenus à l’autre île, le bateau se mit en panne avant qu’ils n’eussent atteint le port. Saint Brendan commanda aux frères de débarquer, et ainsi firent-ils. Ils retenaient le navire de chaque côté avec des cordes jusqu’à ce qu’il parvînt au port. Cependant, cette île était rocheuse et sans aucune herbe. La forêt y était rare et il n’y avait pas de sable sur son rivage. Puis les frères passèrent toute la nuit hors du bateau en prières et en vigiles tandis que l’homme de Dieu restait assis à l’intérieur.



Capitvlvm XI
Capitulum XI
Chapitre XI



Sanctvs vero Brendanvs sciebat qvalis erat illa insvla sed tamen nolvit illis indicare ne fvissent perterriti Mane avtem facto praecepit sacerdotibvs vt singvli missas cantasset et ita fecervnt Cvm ergo sanctvs Brendanvs et ipse cantasset missam in navim coepervnt fratres crudas carnes portare foras de navi vt condidissent sale et etiam pisces qvos secvm tvlervnt de alia insvla Cvm haec fecissent posvervnt cacabvm svper ignem Cvm avtem ministrassent lignis ignem et fervere coepisset cacabvs coepit illa insvla se movere sicvt vnda Fratres vero coepervnt cvrrere ad navim deprecantes patrocinivm sancti patris At ille singvlos per manus trahebat intvs Relictisqve omnibvs qvae portabant in illam insvlam coepervnt navigare Porro illa insvla ferebatvr in oceanvm Tvnc poterant videre ignem ardentem svper dvo miliaria Sanctvs Brendanvs narravit fratribvs qvod hoc esset dicens “Fratres admiramini qvod fecit haec insvla” Aivnt “Admiramvr valde nec non et ingens pavor penetravit nos” Qvi dixit illis “Filioli mei nolite expavescere Devs enim revelavit mihi hac nocte per visionem sacramentvm hvivs rei Insvla non est vbi fvimvs sed piscis Prior omnivm natantivm in oceano qvaerit semper svam cavdam vt simvl ivngat capiti et non potest pro longitudine qvam habet nomine Iasconivs”
Sānctus vērō Brendānus sciēbat quālis erat illa īnsula sed tamen nōluit illīs indicāre nē fuissent perterritī. Māne autem factō præcēpit sacerdōtibus ut singulī missās cantāsset et ita fēcērunt. Cum ergō sānctus Brendānus et ipse cantāsset missam in nāvim cœpērunt frātrēs crūdās carnēs portāre forās dē nāvī ut condidissent sale et etiam piscēs quōs sēcum tulērunt dē aliā īnsulā. Cum hæc fēcissent posuērunt cācabum super ignem. Cum autem ministrāssent lignīs ignem et fervēre cœpisset cācabus cœpit illa insula sē movēre sīcut unda. Frātrēs vērō cœpērunt currere ad nāvim dēprecantēs patrōcinium sānctī patris. At ille singulōs per manūs trahēbat intus. Relictīsque omnibus quæ portābant in illam īnsulam cœpērunt nāvigāre. Porrō illa īnsula ferēbātur in ōceanum. Tunc poterant vidēre ignem ārdentem super duō mīliāria. Sānctus Brendānus narrāvit frātribus quod hoc esset dīcēns: “Frātrēs admīrāminī quod fēcit hæc īnsula?” Aiunt: “Admīrāmur valdē nec nōn et ingēns pavor penētrāvit nōs.” Quī dīxit illīs: “Fīliolī meī nōlite expavēscere. Deus enim revēlāvit mihi hāc nocte per vīsiōnem sacrāmentum hujus reī. Īnsula nōn est ubī fuimus sed piscis. Prior omnium nātantium in ōceanō quærit semper suam caudam ut simul jungat capitī et nōn potest prō longitūdine quam habet nōmine Jasconius”.
Saint Brendan savait bien ce qu’était cette île, mais ne voulut pourtant le leur signifier, de peur qu’ils ne fussent terrifiés. Le matin venu, il commanda aux prêtres de chanter chacun une messe, et ainsi firent-ils. Tandis que saint Brendan lui-même chantait donc une messe dans le bateau, les frères se mirent à décharger du navire des viandes crues, pour les conserver dans le sel, ainsi que des poissons qu’ils avaient apportés avec eux depuis l’autre île. Ce faisant, ils posèrent une marmite sur le feu. Mais tandis qu’ils s’occupaient du bois pour le feu et que la marmite commençait à bouillir, l’île se mit à bouger comme une vague. Les frères accoururent au bateau en invoquant la protection du saint père. Celui-ci les tira dedans un par un par les mains. Ayant abandonné tout ce qu’ils avaient apporté sur l’île, ils mirent à la voile. L’île était emportée au loin sur l’océan. Ils purent alors voir le feu y brûler sur une distance de deux milles. Saint Brendan raconta aux frères ce dont il s’agissait, disant : « Frères, vous étonnez-vous de ce qu’a fait cette île ? » Ils répondirent : « Oui certes, nous nous en étonnons grandement, et une immense frayeur nous a pénétré. » Lui leur dit : « Mes chers fils, ne vous épouvantez pas. Car Dieu m’a révélé cette nuit par une vision le mystère de cette chose. Ce n’est point sur une île où nous fûmes, mais sur un poisson. C’est l’aîné de tous ceux qui nagent dans l’océan, il cherche toujours sa queue pour lui conjoindre sa tête, mais sa longueur l’en empêche. Il a pour nom Jasconius. »

Commentaire
La Navigatio Sancti Brendani abbatis (« Navigation du saint abbé Brendan ») est un récit légendaire édifiant du Haut Moyen Âge, qui relate les pérégrinations océaniques de Saint Brendan, abbé de Clonfert en Irlande, et de dix-sept de ses moines, à la recherche de la Terra repromissionis sanctorum, la « Terre de promission des saints », figuration du paradis. Ce texte appartient au genre littéraire irlandais de l’immram (« voyage »), un type de conte qui traite de navigations héroïques et merveilleuses à la recherche de l’Autre Monde celtique, en mêlant souvenirs de la mythologie irlandaise et imagerie chrétienne. La Navigatio fut extrêmement diffusée au Moyen Âge : il nous en est parvenu plus de 120 manuscrits, dont le plus ancien date des alentours de l’an 900. La légende est également connue par une hagiographie latine et irlandaise, la Vita Brendani ou Betha Brenainn (« Vie de Brendan »). Ces œuvres furent adaptées maintes fois dans diverses langues européennes ; un de leurs dérivés les plus connus est un poème du XIIe siècle composé par un moine du nom de Benedeit en l’honneur du roi d’Angleterre Henri Ier, dans le dialecte anglo-normand de l’ancien français.

Tolkien a fait des références directes à ces œuvres dans son roman inachevé The Notion Club Papers, publié dans Sauron Defeated, et a composé dans ce cadre un poème intitulé The Death of Saint Brendan « La Mort de Saint Brendan ». Mais cette tradition littéraire lui a surtout fourni l’une des inspirations évidentes d’un thème essentiel de son Légendaire : le languir et le voyage au delà de l’océan vers l’Ouest perdu, le royaume béni des Valar en Aman.

Le passage que nous avons choisi fait usage du même motif de l’île-baleine que le poème The Whale, lequel a inspiré à Tolkien son propre poème Fastitocalon paru parmi Les Aventures de Tom Bombadil. Le monstre porte ici le nom de Jasconius, probablement issu du vieil irlandais íasc « poisson ».

La traduction est nôtre. Nous avons ajouté au texte des macrons pour marquer les voyelles longues étymologiques, et rétabli certains traits du latin classique souvent modifiés en latin médiéval, notamment les diphtongues æ et œ, souvent réduites à e dans les manuscrits.

La transcription du texte imite la capitalis rustica, un style de l’alphabet latin en usage dans la Rome impériale et l’Antiquité tardive, destiné à l’écriture au calame sur papyrus et parchemin. Nous nous sommes servis de la police Vatican Rough Letters de Hasan Guven.

Références
Navigatio sancti Brendani abbatis. Textus: Vita sanctissimi confessoris Christi Brendani. Transcription par Guy Vincent du manuscrit d’Alençon, Codex 14, folio 1 recto à 11 verso, XIe siècle. 🌍 Bibliotheca Augustana.

Les œuvres de John Ronald Reuel et Christopher Tolkien sont soumises au droit de leurs auteurs ou de leur ayants droit, dont leurs éditeurs et le Tolkien Estate.
Les citations des autres auteurs, éditeurs et traducteurs mentionnés en bibliographie sont soumises au droit de leurs auteurs respectifs ou de leurs ayants droit, hormis les cas où ces droits ont expiré.
Dernière mise à jour du site : 30 juillet 2019. Nous contacter :